Sagesse Ho’oponopono



Ho’oponopono est entré dans ma vie en 2009, alors que je vivais une séparation. Bien sûr, il y avait le chaos de la séparation, mais il y avait aussi mon grand souci de préserver ma relation avec mon fils âgé de 13 ans à l’époque. C’est Céline qui m’a introduit à ce mantra suite à une formation à laquelle elle avait participé avec des amies. Voyant que je vivais de la dualité, elle m’a invité à réciter la formule dès que je ressentais de l’adversité.
 
Aussitôt, je me suis mis à pratiquer le mantra « Désolé; Pardon; Merci; Je t’aime » le plus souvent possible. Sans chercher à comprendre davantage. Et très rapidement j’ai senti un apaisement. Dans le contexte, c’était fort apprécié!
 
Puis, de jour en jour, de semaine en semaine et de mois en mois, je vivais de moins en moins d’adversité. Ou du moins, si j’en vivais, j’avais un outil simple et puissant à ma disposition. J’étais même assez convaincu que Ho’oponopono faisait des petits miracles. Les choses que j’appréhendais le plus se réglaient tout seul. Je ressentais moins la dualité, j’arrivais plus facilement à ne pas nourrir le conflit.
 
Je dois dire qu’au fil du temps, Ho’oponopono est sorti de ma vie presque totalement. Je ne ressentais probablement plus le besoin de nettoyer ou de m’apaiser puisque ma vie se déroulait sans tracas apparents. Deux évènements sont cependant venus troubler mon fleuve tranquille. Un cancer du poumon pour mon père qui nous a quittés en 2013 et un diagnostic de cancer de la vessie pour moi en 2014. Deux belles occasions de raviver le mantra magique.
 
En fait, c’était une intervenante qui m’avait fait un soin énergétique qui l’avait ramené à ma conscience. Pendant le soin, elle m’avait emmené dans un état thêta et une fois dans cette zone semi-hypnotique, elle m’avait présenté à mon enfant intérieur. Ce fut pour moi une rencontre plutôt émotive puisque j’ignorais la présence de cette entité en moi. Me retrouver devant lui en cette période de crise faisait monter en moi un grand sentiment de culpabilité. Lorsque j’ai partagé cette rencontre avec ma thérapeute, lors du bilan final de notre séance, elle m’a suggéré d’utiliser le mantra Ho’oponopono pour entretenir un dialogue avec cette partie de moi qui ne demandait qu’à m’assister dans mon processus de rétablissement.
 
Ce fût alors la première fois que je formulais un mantra articulé : « Désolé d’avoir ignoré ton existence. Je te demande pardon de venir vers toi pour te demander de l’aide égoïstement. Je te remercie de m’accueillir avec ton Amour inconditionnel. Et je t’aime, je t’aime, je t’aime. » À partir de ce jour de février 2014, le mantra ne m’a plus jamais quitté.
 
Au mois d’avril qui a suivi, l’oncologue m’a annoncé que ma dernière biopsie démontrait que le cancer était parti. Pour moi, il est clair que le mantra a joué un rôle important dans la manifestation de ce miracle. Bien sûr, il y a d’autres éléments qui ont certainement contribué à ce résultat heureux. La méditation, l’alimentation, des accompagnements en naturopathie, la visualisation etc. Cependant, je crois que le mantra ou prière scientifique ou traitement spirituel a joué un grand rôle à me garder dans un bon état d’esprit et un état d’expansion plutôt qu’un état de contraction. Un état de joie plutôt que de peur. La puissance du mantra Ho’oponopono est, selon moi, ce qui a le plus contribué à maintenir un état d’esprit propice à la guérison.